Nos experts dans la presse

L’affaiblissement du profil fiscal du Chili

L'Agefi, 30 janvier 2017 - L’Etat fait face à une hausse des demandes de contributions sociales dans un contexte de ralentissement économique. Risque de déclassement.

Le 13 décembre dernier, Fitch révisait la perspective de son AAsur le Chili de stable à négative. Un peu plus d’un mois plus tard, le 26 janvier, S&P en fait de même.

L’agence se base sur le fait que la nation la plus riche d’Amérique du Sud doive faire face à un accroissement des demandes de contributions sociales, le tout dans un contexte de faiblesse économique. Les notations sur les dettes en devises à long terme et à court terme sont maintenues à AA- et A-1+, mais les risques associés à une faible croissance prolongée ont provoqué la réduction des perspectives. Cela conduit certains spécialistes, pessimistes sur la possibilité d’une reprise significative de la croissance, à envisager un déclassement imminent par les agences. Il faut dire que le pays le mieux noté du continent sud-américain entre dans une 4e année de ralentissement de la croissance.

Le recul des recettes provenant des activités minières (le cuivre représente la plus grande part des exportations) intervient alors que le gouvernement s’efforce d’honorer et de financer ses promesses sur l’accès à l’éducation et aux soins de la santé. La combinaison des deux a comme conséquence l’augmentation du déficit budgétaire. La nouvelle n’a pas eu de répercussion majeure sur le marché des Credit Default Swaps puisque le coût de protection à 5 ans s’est traité à 82.6 bp (+1.4 bp) le 26 janvier, un niveau toujours inférieur à celui de la semaine précédente. S&P estime le PIB à 1.8% en 2016, contre 2.3% en 2015, une légère reprise à 2.2% en 2017 puis une accélération à environ 3% après 2018.

Pendant de nombreuses années, le Chili a été le seul créancier net en Amérique Latine grâce à la hausse des prix du cuivre qui a rempli les caisses de l’Etat et lui a permis de bénéficier d’un statut d’excellence auprès des agences de notation. Ce n’est plus le cas, l’endettement a repris le dessus et la dette nette gouvernementale représente environ 7% du PIB en 2016. Selon S&P, elle pourrait approcher les 12% en 2018.

La perspective négative reflète la probabilité d’une chance sur trois de déclassement du AA- du Chili, cette année ou en 2018, en raison de l’affaiblissement de son profil fiscal ou externe.

Nouvelle semaine bien chargée sur le primaire, tant en USD qu’en EUR. Sur l’EUR, mentionnons Atlantia, Deutsche Telekom, la Ville de Paris, Wells Fargo ou EDP. En USD, $25mias ont été émis comme IBM, JPMorgan, Goldman Sachs, Verizon, Embraer ou encore Emirates.

Par Gianni Pugliese, Analyste Obligations, Mirabaud & Cie. Paru dans L'Agefi le 30 janvier 2017.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de Mirabaud au moment de sa publication. Ce document a un but informatif uniquement et ne représente en aucun cas une offre de conclure ou un conseil en investissement.  Le contenu de cette publication est susceptible d’être révisé en tout temps et ne saurait en aucun cas engager la responsabilité de Mirabaud.