Weekly Thoughts

Weekly Thoughts par Mirabaud Securities - 7 Juin 2019

Chaque vendredi, un aperçu des évènements significatifs de la semaine et leur impact sur les marchés, analysés par les spécialistes de Mirabaud Securities.

LES MARCHÉS: Les GAFA dans l’œil du cyclone

Coup de tonnerre : Le Nasdaq a perdu -1,6% lundi soir dans le sillage des seules GAFA suite au lancement de plusieurs enquêtes (ou préenquêtes) sur Facebook, Alphabet, Apple ou encore Amazon. Ce qui marque dans ce nouvel épisode de tension, c’est la dépendance des indices à la baisse de seulement quelques valeurs. En effet, alors que le S&P 500 a perdu -0,28% lundi soir, 100% de cette baisse était à mettre sur le compte de la chute de -7,5% de Facebook, de -6,1% d'Alphabet et de -4,6% d’Amazon. Malgré tout, la semaine (à jeudi soir) se termine sur un gain entre 1.5 et 3% pour les principaux indices américains ce qui tranche avec la forte baisse du mois de mai.

En Europe, le rebond est aussi de mise (la Suède étant le seul pays à terminer dans le rouge). En Asie, si le Japon rebondit légèrement (en yen), les indices chinois continuent leur descente aux enfers puisque le Shanghai composite perd plus de 13% depuis ses hauts d’avril dernier. La sanction est encore plus violente pour le Shenzhen composite qui lui perd près de 18% depuis mai aussi.

LES CHANGES: Le dollar sous pression 

Cette semaine aura été marquée par une hausse des toutes les devises du G10 face au dollar ; les anticipations de baisse de taux de la Fed accentuant la pression sur le billet vert. La plus forte progression a été à mettre sur le compte de dollar de Nouvelle-Zélande, du franc suisse et du yen (ces 2 dernières devises faisant office de valeurs refuges). Au niveau des devises émergentes, même tendance avec une forte hausse du réal brésilien, du peso chilien ou encore de la lire turque. Les seules baisses notables ont été à mettre sur le compte du peso mexicain (suite aux nouvelles tensions avec les États-Unis), au rand sud-africain et du peso argentin.

LE SECTEUR: La tech s’invite dans la santé 

En avril 2018 nous écrivions une étude qui avait fait beaucoup de bruit et affirmait que la santé n’était plus réservée aux compagnies pharmaceutiques. De grands groupes technologiques étaient effectivement sur le point de prendre des parts de marché très importantes. Nous y sommes aujourd’hui.

Une équipe de chercheurs de la division Google AI, spécialisée en intelligence artificielle, vient d’annoncer sur le blog de la société avoir créé un dispositif capable de dépister le cancer du poumon. Ni plus ni moins. Le logiciel, développé par les ingénieurs de Google, se base sur l'intelligence artificielle. Il serait capable de détecter des cas de cancer en suivant scrupuleusement les étapes habituellement réalisées par les radiologues. L'entreprise américaine affirme même pouvoir arriver à des résultats plus précis que les professionnels du secteur.

Actuellement, les patients doivent passer devant un scanner pour détecter la présence d'un cancer du poumon. Avec la technologie développée par Google, il est possible de déterminer avec précision à partir de ce même scanner la forme de cancer dont la personne est atteinte. Les ingénieurs ont fourni à leur technologie les scans de 14’000 patients, dont 638 atteints de la maladie. Cette opération a permis de créer un algorithme qui a ensuite été mis au défi par six radiologues. Sur 507 patients, dont 83 atteints de cancer, les radiologues ont fourni 11 % de résultats faux de plus que l'algorithme. La technologie a même identifié des malades que les professionnels n'avaient pas détectés.

À la fin des tests, l'IA de Google a affiché un taux de réussite de 94,4%. Pour mémoire, le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier dans un bon nombre de pays (1.7 million de morts par année) et notamment aux États-Unis.

LE PAYS: Le Portugal

Vous n’êtes pas sans savoir qu’en Europe, il y a un pays que nous encensons depuis un certain temps : le Portugal. Non seulement pour la beauté de ses paysages et la qualité de sa nourriture, mais surtout pour son modèle économique qui continue de montrer des signes probants. Près de deux mois après que l’agence de notation S&P ait relevé sa note sur le Portugal de BBB- à BBB, c’est au tour de Fitch Rating de remonter de « stable » à « positive » la perspective qui est attachée au pays, tout en confirmant sa note souveraine à BBB. Fitch a ajouté que le récent débat sur la question d’une augmentation des salaires des fonctionnaires montrait que la population était attachée au maintien de la discipline budgétaire.

La question est bien évidemment de savoir s’il y a une recette « portugaise » qui explique ce véritable miracle économique et social ? La réponse est oui. C’est un doux mélange entre réduction du déficit budgétaire, amélioration du niveau de l’éducation, augmentation des revenus et baisse des impôts, et enfin dynamisme de l‘industrie. Pourquoi les autres pays de la zone ne l’appliqueraient-ils pas ?

LA VALEUR: Alphabet (Google)

Selon le Wall Street Journal, Google devrait bientôt faire face à une enquête antitrust du département américain de la Justice concernant ses activités de recherche et potentiellement d’autres aspects non dévoilés par le quotidien.

Le ministère de la Justice aurait consacré ces dernières semaines à la préparation de l’enquête, qui pourrait constituer une vaste étude pour les violations des lois antitrust sur l’ensemble de ses activités. Le plus gros risque pour les entreprises visées dans ce genre de dossiers est que les autorités exigent des ventes d'activités pour les faire maigrir et amoindrir leur puissance. Elles peuvent aussi déboucher sur de fortes amendes et/ou des procès devant les tribunaux.

Avec les élections qui arrivent aux USA, Google risque de devenir une cible prioritaire pour les politiciens et les régulateurs cherchant à contrôler la Silicon Valley, c’est en particulier le cas de la sénatrice Elizabeth Warren (Candidate démocrate). Le DoJ songe également à se pencher sur Apple et la FTC sur Amazon, d'après d'autres informations de presse.

LES SUJETS EXPLOITÉS

Plusieurs sujets ont été exploités ces 2 dernières semaines et notamment :

Bilan de mai / Pharma, la révolution est en marche / Les FANGs sous tension / Le Portugal confirme / Beige book / Réunion de la BCE

 

 

LE GRAPHIQUE DE LA SEMAINE : La mort des flux?

SWOT: Sur la sellette

« Cible d’inflation touchée aux Etats-Unis » (Forces) après la réunion de la Fed de mercredi 1er mai l’inflation est de nouveau au cœur de toutes les discussions. Si sa faiblesse actuelle serait due à des facteurs « temporaire » selon Jerome Powell, les investisseurs en doute en pariant sur une baisse des taux d’intérêt américains en fin d’année.

« Brexit souple ou dur » (Opportunités et Risques) après le report du Brexit au 31 octobre. Il y a encore un risque cependant que la Chambre des Communes approuve l’accord de retrait avant le 22 mai.

 

 

SWOT est l'acronyme de Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats, soit l'équivalent traduit en français de l'analyse FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces). Si l'analyse SWOT permet d’habitude de développer la stratégie marketing d'une entreprise et d'évaluer la réussite d'un projet, en étudiant conjointement différentes données, comme les atouts et les défauts de la société, mais également la concurrence ou les marchés potentiels, j’ai décidé de l’adapter aux marchés financiers il y a plusieurs années de cela. L'analyse SWOT permet donc un développement général des marchés en croisant deux types de données : internes et externes. Les informations internes prises en compte seront les points forts et les faiblesses du marché. Quant aux données externes, elles concerneront les menaces et les opportunités à proximité. Enfin, élément des plus intéressants, c’est un tableau qui est amené à évoluer en fonction de l’actualité, ce qui lui permet de refléter de manière hebdomadaire la tendance de fond des marchés financiers.

Author

Mirabaud Securities