Culture

Stéphane Kropf: la peinture, une affaire d’illusion et d’impressions

La peinture, une affaire d’illusion et d’impressions. Une affirmation que le jeune artiste suisse Stéphane Kropf a érigée en leitmotiv de son travail et principe de sa démarche artistique. Ses œuvres jouent sur les effets d’optique et sur les perceptions du spectateur.

BIOGRAPHIE

Né en 1979, Stéphane Kropf vit et travaille à Lausanne. Il participe à de nombreuses expositions collectives depuis le début des années 2000. En 2004, il expose Minerva au MAMCO de Genève. Avec son frère Laurent, il occupe l’Espace Curtat à Lausanne, en 2010. En 2014, il expose seul au Château de Gruyères, présentant ses œuvres dans toutes les salles de l’édifice. La même année, il expose à la Villa Bernasconi, à Genève. Aujourd’hui, Stéphane Kropf est responsable du Bachelor en arts visuels à l’ECAL, l’École cantonale d’arts de Lausanne où il a lui-même étudié, et est curateur de l’ELAC (Espace lausannois d’art contemporain), la galerie de cette même école.

L’ARTISTE ET SON ŒUVRE

La peinture, une affaire d’illusion et d’impressions. Une affirmation que le jeune artiste suisse Stéphane Kropf a érigée en leitmotiv de son travail et principe de sa démarche artistique. Ses œuvres jouent sur les effets d’optique et sur les perceptions du spectateur. Ses toiles incarnent une abstraction éloquente, produisant un impact naturel. Les grandes dimensions de ses œuvres, souvent conçues en séries, ne font que décupler toute leur puissance.

Stéphane Kropf s’efforce d’exploiter pleinement le potentiel de ses ressources artistiques. Pour lui, la matière est primordiale. Certaines de ses toiles sont peintes avec un acrylique particulier incluant des particules «interférentes», qui réfléchissent la lumière, interagissant avec l’espace environnant et modifiant la «réception» de l’œuvre. L’œil du spectateur est ainsi à même de changer de réaction plusieurs fois, à l’instar de l’atmosphère ambiante. Cette attention portée à l’observateur, qui joue un rôle essentiel, est à la fois demandée et recherchée. C’est pourquoi les œuvres de Kropf sont plus percutantes observées in situ: les surfaces et la densité variable de la peinture interagissent et communiquent.

Reproduits sur d’immenses tableaux, des objets du quotidien aussi banals que des tickets de caisse ou des notes de restaurant révèlent une beauté inédite. Dans ces œuvres, la composition s’affranchit de l’abstrait pour dévoiler un panorama de montagnes, un de ces paysages typiquement suisses à l’image de ceux que les billets de train helvétiques affichaient naguère sur la bande anti-contrefaçon.

Comme Porrima, Epsilon Eridani, Kajam et Suzaku, ces quatre tableaux portent le nom d’étoiles ou de constellations. L’astronomie et le cosmos sont des références récurrentes dans le travail de Kropf. Dans cette série, le contraste entre la zone blanche du centre et les couleurs iridescentes qui l’entourent, appliquées à l’aérographe, est des plus frappants. Ces couleurs vives mettent en évidence l’espace de la toile autant qu’elles se fondent avec lui. Sa démarche inclut une remise en question de la peinture: qu’est-ce qui occupe le centre? Les marges font-elles partie du tableau ou le délimitent-elles? A chacun de répondre en fonction de sa propre perception...

Télécharger

Brochure "Collection d'art contemporain Mirabaud"

Télécharger PDF (12MB)