International

Mirabaud fête ses 30 ans de présence à Montréal

Première implantation établie à l’étranger par Mirabaud, le bureau de Montréal fête ses 30 ans d’existence. Pionnier de l’expansion internationale du Groupe, il s’inscrivait à l’époque dans un mouvement d’internationalisation des échanges alors que le terme de globalisation s’imposait à l’échelle planétaire.

Trois décennies plus tard, dans un monde en pleine mutation, Georges Paulez, responsable du bureau de Mirabaud au Canada, revient pour le MirMag sur les évolutions de la succursale montréalaise. Bilan sous forme de perspectives.

Les années 80 marquent une rupture dans l’économie mondiale avec une accélération des échanges des biens et des services. Cette période coïncide également avec une demande de diversification géographique de plus en plus forte de la part de clients souhaitant orienter leur portefeuille sur les marchés internationaux. Deux raisons suffisantes pour que le Groupe Mirabaud développe ses activités à l’étranger. De Montréal à Madrid, en passant par Genève, Londres ou Hong Kong, le Groupe possède aujourd’hui un réseau de 14 implantations, réparties entre l’Europe, l’Amérique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie.

« Plusieurs raisons ont présidé au choix d’ouvrir une antenne à Montréal, souligne Georges Paulez. Il y a tout d’abord les points communs qui unissent cette place financière à Genève, siège du Groupe : une culture internationale, la langue française, des collaborateurs hautement qualifiés, un environnement politique et juridique stables et des fondamentaux économiques solides. Il y avait également à l’époque une volonté du gouvernement québécois d’attirer des institutions financières de qualité. Et bien sûr, pour mieux répondre aux nouvelles exigences de nos clients, une proximité avec les marchés d’actions nord-américains qui offraient d’importantes opportunités d’investissement. »

Une croissance régulière

C’est ainsi que commence l’aventure montréalaise de Mirabaud. D’abord avec l’envoi en 1985 de deux employés pour organiser la structure. Puis en 1986, avec l’ouverture de la filiale et l’accueil des premiers clients. Trente ans après son ouverture, preuve que l’implantation a répondu à un réel besoin, le bureau de Montréal s’est développé de manière régulière et compte aujourd’hui quelque 29 collaborateurs.

L’objectif à l’époque était également de profiter de l'expertise du Groupe dans les hedge funds, un marché auquel Mirabaud, en tant que précurseur, s’est s’intéressé de près dès le début des années 70. A l’heure du bilan, le pari est réussi car cette orientation a été l’un des piliers de la croissance et du succès de Mirabaud au Canada. Et si cette stratégie a permis d’élargir la diversification géographique des clients internationaux, elle a également favorisé la croissance des actifs de clients locaux.

“ Le bureau de Montréal joue un rôle important dans le réseau international de Mirabaud.”

Georges Paulez, responsable du bureau de Mirabaud au Canada

« Le bureau de Montréal joue un rôle important dans le réseau international de Mirabaud, relève Georges Paulez. Nos six fuseaux horaires de différence avec l'Europe nous permettent d’assurer la continuité des affaires, ce qui est un avantage non négligeable et très apprécié par l’ensemble de nos clients. Grâce à notre propre réseau de correspondants, nous avons également la possibilité de travailler de manière indépendante tout en restant étroitement connecté avec le Groupe, ses systèmes d’information et sa recherche. L’autre atout de notre structure est de ne pas être uniquement centrée, comme beaucoup de nos concurrents, sur l'Amérique du Nord. Nous pouvons ainsi proposer des solutions globales d'investissement, à la fois très personnalisées et à des prix compétitifs. Les clients bénéficient dans ce contexte d’un accès privilégié et très concurrentiel aux marchés mondiaux. »

Voilà 17 ans que Georges Paulez collabore avec Mirabaud. Il dirige depuis 1999 les équipes de Montréal et a également, dans le cadre de ses activités, assuré la supervision de l'équipe de Dubai en 2011. Aujourd’hui, c’est à lui que revient le soin d’organiser les 30 ans de Mirabaud au Canada. Au programme : des événements internes bien sûr, mais surtout un invité de marque pour partager un moment privilégié avec clients, collaborateurs et partenaires.

« Il est toujours important de célébrer un anniversaire. Chaque année qui passe témoigne de notre solidité, note le responsable de la succursale canadienne. Pour commémorer ce moment important, nous souhaitions mettre en avant trois éléments : notre activité internationale, notre esprit d’entreprise ainsi que nos racines suisses et genevoises. Voilà pourquoi nous nous sommes tout naturellement tournés vers le Comité International de la Croix-Rouge et son Président Peter Maurer. Cette institution incarne parfaitement ces trois notions. De plus, elle défend des valeurs très proches de celles de Mirabaud et elle le fait avec beaucoup de leadership dans des contextes toujours difficiles. Il était également important pour nous de nous inscrire dans une réflexion plus globale touchant à notre époque, en particulier la stabilité des pays et des économies. Dans le paysage canadien, la structure nationale qui émane de la Croix-Rouge est également un acteur très visible. On a d’ailleurs pu mesurer récemment son efficacité lors des feux de forêt dévastateurs à Fort McMurray. Aucune autre organisation ne possède ce savoir-faire, cette capacité et cette indépendance pour réaliser ce qu'elle fait. »

Georges Paulez, responsable du bureau de Mirabaud au Canada, et Peter Maurer, Président du Comité International de la Croix-Rouge

Vieux Continent et Nouveau Monde

Pays ouvert, qui démontre un niveau d’intégration culturelle parmi les plus élevés au monde, le Canada se distingue de la Suisse de plusieurs manières. Par la taille bien sûr et son importante décentralisation. Pourtant les deux pays se rejoignent sur de nombreux plans. État fédéral, leur organisation comporte de nombreuses similitudes. Quant aux préjugés et aux différences de langage qu’il peut exister entre le français de Suisse et celui du Québec, rien ne semble venir contrarier la bonne marche des affaires selon Georges Paulez.

« Il existe de nombreuses différences dans le vocabulaire mais mes collègues suisses et moi nous comprenons toujours. Le terme gérant par exemple est très peu utilisé au Québec. On parlera plutôt de gestionnaire ou, dans le langage plus populaire, de courtier lorsque l’on parle des personnes habilitées à faire des recommandations d’investissement. Les difficultés en termes de gestion et d’adaptation résident plutôt dans les systèmes réglementaires différents dans lesquels nous évoluons. Mais au final, nous trouvons toujours des solutions qui vont dans le sens et l’intérêt de nos clients. »

Notre filiale de Montréal

Ouvert en 1985, le bureau de Montreal est la première implantation de Mirabaud à l’étranger. Cette entité propose une offre de gestion pour des clients privés et institutionnels ainsi que des services financiers sur mesure.

En savoir plus