Central Asia Metals

Central Asia Metals est une société cotée sur le marché secondaire de Londres (AIM), active principalement au Kazakhstan et en Mongolie dans le domaine de l’exploration et de la production de métaux comme le cuivre.

Une opération de grande envergure

Central Asia Metals a été la plus importante introduction en bourse du secteur minier de l’année 2010. Une opération qui a permis de lever US$60 millions destinés au développement et à la mise en service d’une usine de production de cathodes de cuivre à Kounrad au Kazakhstan. Mirabaud a dirigé l’opération d’émission des nouvelles actions en intervenant également comme courtier, un rôle qu’elle assume toujours pour cette société. La transaction a pris la forme d’un placement auprès d’investisseurs institutionnels.

Une production en hausse

Fondée en 2005, Central Asia Metals a démarré en 2008 l’exploitation d’une unité pilote de lixiviation sur son site de Kounrad afin de tester, dans le cadre de la récupération de déchets, le procédé d’extraction de cuivre combinant l’extraction par solvant et l’extraction électrolytique. La première usine utilisant ce procédé à l’échelle industrielle est entrée en production à la mi-2012. En 2013, environ 10'000 tonnes de cathodes de cuivre ont été produites industriellement. La société en a produit 11'136 l’année suivante et devrait atteindre les 15'000 tonnes par an d’ici à 2016. En 2014, Central Asia Metals a porté sa participation dans le projet de Kounrad de 60 à 100% en rachetant les 40% d’actions restantes pour un montant de US$21.21 millions.

Distribution de dividendes

Contrairement à la plupart des moyennes capitalisations active dans le secteur des ressources, Central Asia Metals verse des dividendes sur une base régulière, avec un objectif de taux de distribution minimum de 20% par rapport à ses revenus. En 2013, elle a distribué US$12.6 millions, soit 23% des revenus imputables. La société a également lancé un programme de rachat d’actions qui, combiné aux dividendes, s’est traduit par un retour de US$28.6 millions au total pour les actionnaires, soit la moitié des fonds levés lors de son introduction en bourse. Depuis début 2011, Central Asia Metals a fait mieux que le prix du cuivre, se démarquant dans un secteur où les actions battent rarement leurs matières premières sous-jacentes sur le long terme.