Communiqués

Mirabaud devient Main Sponsor d'Anaëlle Pattusch, l'une des plus jeunes navigatrices de course au large en solitaire

Lorient, le 8 mars 2022 – A l’occasion de la Journée internationale de la femme, Mirabaud annonce un nouveau partenariat avec Anaëlle Pattusch, jeune « skipper » de 19 ans ayant le projet de traverser l’Atlantique en solitaire et sans assistance lors de la Mini Transat dont la première étape prendra le départ en septembre 2023. Anaëlle Pattusch relèvera le défi d’être parmi les plus jeunes navigatrices de tous les temps, et la plus jeune suissesse, à traverser l’Atlantique en solitaire à l’âge de 20 ans. Elle s’apprête à rejoindre le pôle d’entraînement Lorient Grand Large, pôle d’excellence de la voile de compétition, pour deux années de préparation drastiques.

Soutenue dans sa démarche par les navigateurs Justine Mettraux, Alan Roura, Valentin Gautier et Simon Koster, la jeune sportive fait partie de la toute nouvelle génération de marins suisses hauturiers.

Originaire de Genève et passionnée de voile depuis son enfance, Anaëlle Pattusch a entrepris de préparer la Mini Transat, une course au large en solitaire de 7500 kilomètres entre les Sables-d’Olonne et Saint-François en Guadeloupe, après une escale à Santa Cruz de La Palma, aux Canaries. Cette course initiatique est l’une des étapes incontournables du parcours des sportifs de haut niveau se destinant à devenir des professionnels de la course au large. La course se réalise en solitaire sur les plus petits bateaux de course au large de type Mini (6,50 mètres), et sans assistance ni moyen de communication avec la terre (pas de routage météo par satellite, d’ordinateur, ni de téléphone).

En tant que Main Sponsor, Mirabaud couvrira notamment les coûts et l’entretien du voilier ainsi que la préparation sportive, mentale et technique d’Anaëlle qui entrera à plein temps au Pôle Lorient Grand Large en Bretagne à la fin du mois de juin prochain, une fois sa Maturité Gymnasiale (certificat de fin d’études secondaires) en poche.

« Je remercie Mirabaud pour son soutien et sa confiance. Je vais réaliser mon rêve d’enfance de traverser en solitaire l’Atlantique. Cette course est un challenge personnel qui réunit l’envie de se dépasser et d’intégrer le milieu très fermé de la course au large. La plupart des grands navigateurs se sont lancés lors de la Mini Transat, c’est un passage obligé pour espérer devenir une navigatrice professionnelle », explique Anaëlle Pattusch.

« Nous sommes heureux de soutenir Anaëlle Pattusch, une jeune et talentueuse navigatrice au tout début de son parcours sportif. Les femmes sont encore trop rares dans cette discipline (moins de 10%) et nous souhaitons notamment, par ce sponsoring, encourager les carrières féminines » déclare Nicolas Mirabaud, Associé gérant.

« Parrainer Anaëlle s’est révélé être une évidence » ajoute-t-il, « tant ses valeurs sont proches des nôtres, telles que sa passion, son indépendance ou encore son esprit entrepreneurial. Nous nous réjouissons de suivre son parcours pendant ces deux prochaines années jusqu’à la Mini Transat de 2023 ».

L’entrepreneuriat au service de l’excellence sportive

La préparation d’une Mini Transat est une véritable entreprise. Elle demande à minima deux années et demi de travail et d’investissement ainsi qu’une organisation et un suivi rigoureux. Anaëlle détaille : rédaction des dossiers de sponsoring, réalisation de vidéos de présentation, recherche de financement via l’envoi de plusieurs dizaines de demandes, entretiens, commande d’un voilier neuf et d’une remorque de route et choix des équipements de bord en fonction de la jauge et des règlements très précis de la classe Mini, suivi intensif du chantier impliquant des allers-retours entre Versoix et la Bretagne, mise en place du projet nautique via un calendrier de courses à définir en fonction des études, entraînements, épreuves de qualification en Méditerranée et en Atlantique et les multiples formations, stages et permis préalables.

Le projet

Anaëlle Pattusch prépare la course au large en solitaire Mini Transat et prendra le départ en septembre 2023 aux Sables-d’Olonne à l’âge de 20 ans. Elle fera partie des plus jeunes « Ministes » et sera la plus jeune suissesse à traverser l’Atlantique en solitaire et sans assistance sur le plus petit voilier de la course au large, un Pogo 3 de 6.50 mètres.

Les grands noms de la course au large comme Loïck Peyron, Michel Desjoyeaux, ou encore les frères Laurent et Yvan Bourgnon, y ont fait leurs classes. La voile est l’un des rares sports où femmes et hommes concourent ensemble, à égalité, sur les mêmes épreuves, sans catégories séparées. Cependant, les femmes représentent encore à peine 10% des effectifs de courses au large.

La Mini Transat, créée en 1977 par le Britannique Bob Salmon, est une course en solitaire de 4’050 milles nautiques (7’500km) qui se joue sur les plus petits bateaux de course au large de type Mini existants (6.50 mètres de long). Elle a lieu tous les deux ans. Cette course et surtout la préparation qu’elle requiert est l’une des plus contraignantes du circuit hauturier et met les marins à dure épreuve car ils doivent traverser l’Atlantique sans assistance et sans moyen de communication avec la terre (pas de routage météo par satellite, d’ordinateur, ni de téléphone). Chaque Mini possède une balise satellite de positionnement et d’appel de détresse en dernier recours. Pour assurer leur sécurité en haute mer, des voiliers appelés « bateaux accompagnateurs » veillent au milieu de la flotte tout au long du parcours. Le règlement en exige 1 pour 12 Minis.

Les 84 Ministes sélectionnés s’élanceront des Sables-d’Olonne vers Saint-François en Guadeloupe. Le tracé de la course est très tactique, nécessite de la stratégie et comporte de nombreux pièges à déjouer. Le premier segment entre le départ et le Portugal peut se révéler assez tonique du fait des vents contraires et des possibilités de coups de vent, la traversée du golfe de Gascogne étant rarement anodine. La rencontre potentielle avec des orques est également un point non négligeable comme l’ont expérimenté plusieurs skippers lors de la Mini Transat 2021. La seconde étape, de 2’700 milles, dure environ deux semaines et se joue majoritairement dans les alizés jusqu’à la ligne d’arrivée.

Le bateau

Anaëlle Pattusch traversera l’Atlantique sur un Pogo 3, voilier de course au large de 6,5 mètres dessiné par l’architecte Guillaume Verdier et construit sur le chantier naval Pogo Structures (Bretagne). Ce bateau est l’un des meilleurs de la Classe Mini, bateau de série ayant fait ses preuves lors des courses au large et notamment de la Mini Transat.

Elle a pris possession de son bateau le 14 février 2022 et a commencé sa préparation afin de réaliser ses qualifications en 2022 en Méditerranée puis en Atlantique et ensuite travailler sur la performance en 2023 au Pôle d’entraînement Lorient Grand Large.

Préparation

Deux années de préparation drastiques sont nécessaires au sein de l’école Lorient Grand Large, pôle d’excellence de la voile de compétition, située au sein de la Sailing Valley de Lorient. Cette école accompagne les skippers de différentes classes dans leur projet de courses au large : formations, préparation mentale, stages sur l’eau...
Anaëlle devra valider 1’000 milles nautique hors course en solitaire sur un parcours imposé menant jusqu’en Irlande du sud et au minimum 1’500 milles en course à bord de son Mini baptisé « Flash, le 1042 » pour se qualifier et participer à la Mini Transat 2023. Ces conditions de sélection permettent d’assurer la sécurité des marins en favorisant l’expérience en vue de cet exercice en solitaire.

« Cette préparation de deux années en Méditerranée et en Atlantique me permettra de pratiquer de façon intensive sur mon bateau, de me mesurer à mes futurs adversaires et d’être retenue pour participer à la course dans la catégorie des « Séries », explique-t-elle.

Biographie d’Anaëlle Pattusch

La plus jeune navigatrice suisse de course au large sera soutenue pendant les deux années de son projet par le Groupe Mirabaud.

Née à Genève en 2003, Anaëlle Pattusch navigue depuis son plus jeune âge sur le voilier familial sur le lac Léman et lors de multiples croisières en mer sur des voiliers de location. Elle apprend à naviguer seule sur Optimist à l’âge de 7 ans et participe à plusieurs Bol d’Or Mirabaud en Surprise et en Suspens. Dès 12 ans, elle commence la compétition au Club nautique de Versoix, en Laser puis en 29er. Elle réalise de nombreuses courses et stages comme récemment, son stage extra-muros dans l’équipe « La Fabrique Sailing Team » avec Alan Roura, un convoyage sur le Figaro 3 de Justine Mettraux, la Swiss Sailing League Women’s cup en J70 à Ascona en 2020 et à Davos en 2021 et la SYZ Translémanique en solitaire fin août 2021 (2ème place féminine).

En parallèle de son projet nautique, Anaëlle Pattusch prépare actuellement sa Maturité bilingue fédérale, option biologie/chimie et une fois cette dernière en poche, elle déménagera, fin juin, à Lorient pour se consacrer entièrement à son projet de Mini Transat.

Plus d’informations sur son site internet : www.anaelle-minitransat.com

Mirabaud et le nautisme

Davantage qu’un sport, la voile réunit autour d’objectifs communs des personnalités de talent. En parfaite résonance avec son activité, Mirabaud associe son nom et son image à des navigateurs et des défis d’exception.

  • Bol d’Or Mirabaud depuis 2005
    Plus grande régate en eaux fermées du monde, le Bol d’Or Mirabaud réunit chaque année sur le Lac Léman 500 bateaux et 3000 marins, certains amateurs, d’autres chevronnés. Soutenue par le Groupe depuis 2005, la compétition porte le nom de Mirabaud depuis 2007.
     
  • The sailing Squad, 2021
    A l’occasion de la 82ème édition du Bol d’Or Mirabaud, Mirabaud a proposé à ses followers un concept unique sous la forme d’une mini-série, découpée en 4 capsules vidéo. The Sailing Squad raconte l’histoire de jeunes régatiers internationaux qui se rencontrent pour la première fois à Genève lors de la mythique course de voile du Bol d’or Mirabaud. Ces cinq jeunes marins sont encadrés par la double championne olympique et présentatrice TV britannique Shirley Robertson. La seconde édition est en préparation avec de nombreuses surprises.
     
  • Mirabaud Yacht Racing Image depuis 2010
    Créé en 2010, le prix Mirabaud Yacht Racing Image est le principal concours photographique dédié à la voile en tant que sport de compétition. Il permet de valoriser les plus belles photographies prises durant l’année. Celles-ci doivent refléter l’essence, l’esthétique et la dynamique de ce sport.
     
  • SUI Sailing Awards
    La longue histoire qui unit Mirabaud au monde de la voile se concrétise par un soutien à des compétitions, des événements mais aussi à des navigateurs talentueux. Le Groupe est l’un des partenaires des SUI Sailing Awards, qui récompensent les acteurs les plus méritants du monde de la voile. Le Groupe décerne le prix « Junior Sailor », un engagement en parfaite résonance avec ses valeurs.
     
  • Mirabaud Baselhead Ragatta depuis 2019
    La régate internationale Mirabaud BaselHead Regatta est l’une des plus grandes compétitions d’aviron au monde. 100 avirons venant de 10 nations s’affrontent dans une course-poursuite de 6.4 kilomètres en plein coeur de Bâle. Mirabaud est le partenaire titre de la manifestation depuis 2019.

    Le tracé exceptionnel conduit les compétiteurs sous trois ponts au centre de Bâle. Il demande beaucoup de talent et d’habileté aux équipages. Les spectateurs peuvent suivre les courses tout au long du parcours.

Mirabaud a également été le sponsor du navigateur suisse Dominique Wavre sur IMOCA (lors de la
Barcelona World race en 2010, la Transat Jacques Vabre en 2011 et le Vendée Globe en 2012) ainsi que de Mike Horn ou encore l’écurie Spindrift Racing de Donna Bertarelli.