Weekly Thoughts

Weekly Thoughts par Mirabaud Securities - 24 mai 2019

Chaque vendredi, un aperçu des évènements significatifs de la semaine et leur impact sur les marchés, analysés par les spécialistes de Mirabaud Securities.

LES MARCHÉS: L’ombre de Huawei

Cette semaine nous avons assisté à une intensification des tensions commerciales après que l'administration américaine ait demandé à la Corée du Sud de renoncer à l'utilisation de produits fabriqués par Huawei. Ceci intervient après la décision de Panasonic de couper tout ou une partie de ses liens avec le fabricant chinois de smartphones. Les opérateurs nippons KDDI et SoftBank Corp ont par ailleurs aussi dit reporter le lancement de nouveaux modèles. Enfin NTT Docomo a également indiqué stopper les commandes d'un téléphone Huawei qu'il prévoyait de lancer cet été. La réplique chinoise devrait être cinglante ces prochains jours.

Une fois de plus, les plus fortes baisses sectorielles ont été à mettre cette semaine sur le compte des secteurs sensibles aux tensions commerciales comme les matériaux, la technologie ou encore la consommation. La santé et les utilities ont néanmoins été à la hausse. Les marchés européens ont aussi été pris dans la tourmente ; le FTSE MIB est resté en retrait par rapport aux autres indices (les turbulences politiques ont une nouvelle fois pesé lourdement sur l'indice). Enfin, en Asie, nous avons assisté à une nouvelle consolidation des indices chinois au cours de la semaine (le Shanghai composite perdant 3,5%). Au Japon, le Nikkei a néanmoins réussi à rester dans le vert (+0,4% en dollar à jeudi soir).

LES CHANGES: May Day

Au lieu de s'accrocher à ce qui serait un quatrième vote sur l'accord de retrait qu'elle a négocié avec l'Union européenne (UE), Theresa May pourrait plutôt démissionner ou fixer une date pour son départ. La livre sterling (-0,68% sur la semaine par rapport au Dollar) a été encore plus impactée lorsque la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, a annoncé sa démission mercredi, estimant "ne plus croire" que le gouvernement puisse mettre en œuvre le résultat du référendum de juin 2016 en faveur du Brexit.

La couronne norvégienne et le franc suisse ont été les plus gros gagnants (contre le dollar) de la semaine. Au-delà de la livre sterling, la devise la plus impactée négativement sur la semaine a été le dollar néo-zélandais. Dans les marchés émergents (toujours par rapport au dollar), le réal brésilien et le peso mexicain ont été les plus gros gagnants. Le peso colombien, la livre turque et le dollar taïwanais ont connu des baisses importantes.

LE SECTEUR: Le service aux collectivités

Les contrats à terme des Fed funds (via l'outil FedWatch de CME) continuent d'afficher une probabilité beaucoup plus élevée d’avoir une baisse de taux plutôt qu'une hausse pour 2019. La probabilité d'une ou plusieurs baisses de taux d'ici décembre est maintenant de 63,9 %. Dans ce cas, le service aux collectivités (utilities) deviendrait l'investissement idéal. Premièrement, les utilities pourraient attirer l'attention de nombreux investisseurs plutôt axés sur le revenu ; le rendement moyen des dividendes des sociétés de services publics (environ 4,8 %), constitue une solution de repli intéressante face aux incertitudes. La deuxième façon dont les taux d'intérêt influent sur les utilities est par leur coût d'emprunt. Les entreprises (généralement très endettées) ont d'importantes dépenses et des niveaux élevés de capitalisation de la dette par rapport au marché (debt to markets cap level). Enfin, dans un monde où les taux d'intérêt sont stables ou moins élevés (ce qui sera en tout cas le cas en 2019), certaines entreprises de services publics ne seront plus obligées de compenser l'augmentation de leurs coûts d'emprunt en les répercutant sur leurs clients, ce qui historiquement les rendait moins attrayantes.    

LE PAYS: la Hollande

Vous n’êtes pas sans savoir que le sujet des Green bonds est un sujet qui nous passionne. Cette semaine, les Pays-Bas sont devenus le premier émetteur souverain noté triple-A à proposer des obligations vertes, réservées à des fonds répondant à des critères de protection de l’environnement. Le gouvernement entendait lever jusqu’à six milliards d’euros avec cette émission à 20 ans, mais la demande a été largement supérieure avec des ordres qui ont déjà dépassé les 20 milliards d’euros. Le rendement a été fixé à 18 points de base au-dessus du Bund de référence, au bas de la fourchette indicative qui était de 18-21 pdb.

Si les emprunts verts ne représentent qu’une petite fraction du marché obligataire, l’intérêt pour ces actifs est croissant. Rappelons que parmi les États membres de l’Union européenne, la France, la Belgique, l’Irlande et la Pologne ont déjà émis des obligations vertes, mais les Pays-Bas sont les premiers notés AAA. Encourageant.

LA VALEUR: Tesla, annus horribilis

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Tesla. Cette semaine, c’est la banque d'investissement américain Morgan Stanley, qui a écrit dans une note que l'action Tesla pourrait dans le pire des cas chuter de 97 à 10 dollars. Une vente du constructeur (par Apple ?) ou sa faillite serait alors à envisager. Les obligations de Tesla sont aussi en chute libre, les investisseurs s'inquiétant pour la trésorerie du groupe et la fiabilité de son système de conduite assistée Autopilot, mise en cause dans au moins trois accidents mortels aux États-Unis depuis 2016, le dernier datant du 1er mars.

L'endettement du constructeur de la Silicon Valley et son exposition géopolitique, notamment le risque d'une baisse de la demande en Chine, ont amené Adam Jones, l'analyste de Morgan Stanley, à revoir de 97 à 10 dollars la valorisation du titre dans son pire scénario. Il maintient toutefois son objectif de cours à 230 dollars et à une valorisation de 391 dollars dans le scénario le plus optimiste. Les inquiétudes sur la demande, mais aussi des problèmes récurrents de communication et de crédibilité, ont pesé sur le titre ces dernières semaines.

Sur 31 analystes de Wall Street qui suivent Tesla, 10 seulement ont une recommandation positive contre 12 qui conseillent de vendre et 9 qui ont une opinion neutre.

LES SUJETS EXPLOITÉS

Plusieurs sujets ont été exploités ces 2 dernières semaines et notamment : Plusieurs sujets ont été exploités ces 2 dernières semaines et notamment :
Quelles sont les valeurs à risque en Europe ? / Guerre et bourse / Élections européennes : pourquoi c’est important ? / Le luxe chinois / Les Minutes de la Fed / Risque concernant les résultats d’entreprises ?

LE GRAPHIQUE DE LA SEMAINE : Des résultats en trompe-l’œil?

SWOT: Sur la sellette

« Cible d’inflation touchée aux Etats-Unis » (Forces) après la réunion de la Fed de mercredi 1er mai l’inflation est de nouveau au cœur de toutes les discussions. Si sa faiblesse actuelle serait due à des facteurs « temporaire » selon Jerome Powell, les investisseurs en doute en pariant sur une baisse des taux d’intérêt américains en fin d’année.

« Brexit souple ou dur » (Opportunités et Risques) après le report du Brexit au 31 octobre. Il y a encore un risque cependant que la Chambre des Communes approuve l’accord de retrait avant le 22 mai.

« Election européennes » (Risques) puisque les élections sont en cours ce week-end. En fonction des résultats, cela pourra devenir une Force ou une Faiblesse.

SWOT est l'acronyme de Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats, soit l'équivalent traduit en français de l'analyse FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces). Si l'analyse SWOT permet d’habitude de développer la stratégie marketing d'une entreprise et d'évaluer la réussite d'un projet, en étudiant conjointement différentes données, comme les atouts et les défauts de la société, mais également la concurrence ou les marchés potentiels, j’ai décidé de l’adapter aux marchés financiers il y a plusieurs années de cela. L'analyse SWOT permet donc un développement général des marchés en croisant deux types de données : internes et externes. Les informations internes prises en compte seront les points forts et les faiblesses du marché. Quant aux données externes, elles concerneront les menaces et les opportunités à proximité. Enfin, élément des plus intéressants, c’est un tableau qui est amené à évoluer en fonction de l’actualité, ce qui lui permet de refléter de manière hebdomadaire la tendance de fond des marchés financiers.

Author

Mirabaud Securities