Weekly Thoughts

Weekly Thoughts par Mirabaud Securities - 17 mai 2019

Chaque vendredi, un aperçu des évènements significatifs de la semaine et leur impact sur les marchés, analysés par les spécialistes de Mirabaud Securities.

LES MARCHÉS: L’espoir et… l’espoir

Nous l’avons déjà relevé il y a quelques semaines, mais nous considérons que la hausse des marchés est alimentée en particulier par l’espoir (et les anticipations bien évidemment). Espoir que l'économie (globale) va s'améliorer au deuxième semestre de l'année. Espoir que les résultats des entreprises vont s'améliorer au second semestre de l'année. Espoir que les prix du pétrole augmenteront même si l'offre reste élevée. Espoir que la Fed baissera ses taux d'intérêt cette année. Espoir que les banques centrales mondiales continueront à soutenir les marchés. Espoir que le dollar américain n'augmentera pas. Espoir que la Chine continuera à stimuler son économie. Espoir qu'un accord commercial entre Washington et Pékin sera bientôt conclu. Espoir que l’administration américaine n’imposera pas des taxes sur les automobiles. Espoir que le marché High Yield restera stable. Ça fait beaucoup…

Quoi qu’il en soit, cette dernière semaine c’est pour une fois les indices européens qui ont surperformé les américains (qui ont terminé étale), Allemagne en tête devant le CAC 40 et le SMI (en Dollar). En Asie, c’est toujours la déprime pour le Nikkei (-1.5%). Le Shanghai composite progresse cependant de près de 3.5%.

LES CHANGES: Le retour du Rouble

C'est assez inhabituel, mais au cours de la semaine, le dollar a presque progressé contre les monnaies du G10. Le Yen japonais et le Franc suisse ont été les seuls gagnants (en dollars). Les deux monnaies ont effectivement tendance à profiter des craintes géopolitiques ou économiques. La livre sterling a été la plus grande perdante de la semaine, devant le dollar australien. Dans les marchés émergents (toujours en dollars), le Rouble russe et le Peso mexicain ont été les seuls gagnants. Le Réal brésilien, le Won sud-coréen et la Roupie indonésienne ont connu des baisses significatives.

LE SECTEUR: La consommation discrétionnaire

À la mi-avril 2019 (derniers chiffres disponibles) 5’994 magasins avaient fermé leurs portes aux États-Unis, ce qui représente déjà plus que les 5’864 de l'an dernier. Par ailleurs, le taux d'inoccupation des centres commerciaux a augmenté au premier trimestre, passant de 9 % au quatrième trimestre de 2018 à 9,3%. L’agence Standard and Poor’s (S&P) prévoit qu'environ 12 des 136 détaillants qu'elle évalue finiront par faire défaut cette année. C'est quatre fois plus que le taux annuel moyen.

Cette morosité ambiante n’affecte pas seulement les détaillants mais aussi les propriétaires de centres commerciaux, de plus en plus confrontés à des difficultés financières. On constate que les taux de défaut des entreprises liées au secteur de détail sont au-delà de 10% depuis début juin 2018. Enfin, la banque UBS estime quant à elle que 75’000 magasins supplémentaires devront fermer d'ici 2026 si le commerce de détail en ligne continue d'augmenter, passant d'un taux de pénétration actuel de 16% à un taux prévu de 25%.

La raison de cette déprime n’est pas seulement à mettre sur le compte de l’accélération des achats en ligne, mais aussi de la forte concurrence entre acteurs du secteur, des faibles perspectives de croissances pour les économies avancées ou encore de l’endettement croissant du secteur. Quoi qu’il en soit, il y aura des victimes de choix et les plus flexibles s’en sortiront renforcés. N’hésitez surtout pas à me demander les moyens d’investir dans la thématique.

LE PAYS: L’Italie

Dans notre analyse SWOT des marchés, l’Italie figure en bonne place dans les risques. Cette semaine aura confirmé notre choix. En effet, le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini, a déclaré mardi que l’Italie était prête à enfreindre les règles budgétaires de l’Union européenne si cela était nécessaire pour stimuler l’emploi. « Si nous devons enfreindre certaines limites, comme celle des 3% (du PIB comme plafond du déficit public annuel) ou des 130-140% (ratio entre la dette et le PIB), nous sommes prêts à le faire ». Ces nouvelles déclarations fracassantes ne sont bien évidemment pas tombées par hasard à quelques jours des élections européennes où la Ligue, parti d’extrême droite, dont Matteo Salvini est le chef de file marque le pas dans les intentions de vote. Enfin, ces propos sont aussi destinés à affaiblir le Mouvement 5 Etoiles (M5S), son partenaire au sein de la coalition gouvernementale au pouvoir en Italie, avec lequel les dissensions sont de plus en plus importantes ces dernières semaines.

LA VALEUR: Huawei

Si la valeur n’est pas cotée sur le marché elle a cependant l’honneur de cette rubrique cette semaine après que le Président Trump ait déclaré une « urgence nationale » pour interdire mercredi aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque. On a bien compris que ce décret vise notamment le géant chinois des télécoms Huawei, depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines. Le décret présidentiel assure répondre aux « actes malveillants favorisés par internet, dont l'espionnage économique et industriel au détriment des Etats-Unis et de sa population ».

Il s'agit de la mesure la plus sévère prise par le gouvernement américain contre le secteur technologique chinois en pleine expansion, en particulier dans les pays émergents d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie. On l’a bien compris, l’espionnage présumé a bon dos face à la force de frappe et la technologie de pointe (notamment concernant la 5G) de l’entreprise chinoise. L’enjeu technologique devient donc de plus en plus important et Washington fait le constat amer que les entreprises américaines ont pris un retard conséquent face aux anciens disciples de la Silicon Valley.

LES SUJETS EXPLOITÉS

Plusieurs sujets ont été exploités ces 2 dernières semaines et notamment : Plusieurs sujets ont été exploités ces 2 dernières semaines et notamment :
Appréhender les mouvements de marché / La dévaluation du Yuan n’est plus taboue / La Chine ne vendra pas ses Treasuries / Le commerce de détail sur la sellette / Retour vers le futur pour les IPOs?

LE GRAPHIQUE DE LA SEMAINE : Investir comme Warren?

SWOT: Sur la sellette

« Cible d’inflation touchée aux Etats-Unis » (Forces) après la réunion de la Fed de mercredi 1er mai l’inflation est de nouveau au cœur de toutes les discussions. Si sa faiblesse actuelle serait due à des facteurs « temporaire » selon Jerome Powell, les investisseurs en doute en pariant sur une baisse des taux d’intérêt américains en fin d’année.

« Inversion de la confiance des PMEs et des consommateurs aux Etats-Unis » (Faiblesses) après la bonne tenue de la statistique de l’Université du Michigan. La fin du shutdown devrait gommer les excès à la baisse que nous avons connus en début d’année.

« Brexit souple ou dur » (Opportunités et Risques) après le report du Brexit au 31 octobre. Il y a encore un risque cependant que la Chambre des Communes approuve l’accord de retrait avant le 22 mai.

SWOT est l'acronyme de Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats, soit l'équivalent traduit en français de l'analyse FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces). Si l'analyse SWOT permet d’habitude de développer la stratégie marketing d'une entreprise et d'évaluer la réussite d'un projet, en étudiant conjointement différentes données, comme les atouts et les défauts de la société, mais également la concurrence ou les marchés potentiels, j’ai décidé de l’adapter aux marchés financiers il y a plusieurs années de cela. L'analyse SWOT permet donc un développement général des marchés en croisant deux types de données : internes et externes. Les informations internes prises en compte seront les points forts et les faiblesses du marché. Quant aux données externes, elles concerneront les menaces et les opportunités à proximité. Enfin, élément des plus intéressants, c’est un tableau qui est amené à évoluer en fonction de l’actualité, ce qui lui permet de refléter de manière hebdomadaire la tendance de fond des marchés financiers.

Author

Mirabaud Securities