Nos experts dans la presse

Le décryptage du grand retour de la Pologne

L'Agefi, 23 mars 2017 - Varsovie a pu bénéficier d’une très courte fenêtre pour émettre à des conditions ultra-avantageuses.

Si la hausse de 25bp des Fed Funds était totalement intégrée par le marché, le ton moins «faucon » que redouté adopté par la Fed a particulièrement plu aux marchés obligataires émergents. La réaction positive a d’ailleurs favorisé le retour de la Pologne sur le marché des capitaux, pour la première fois cette année. Le pays a mandaté Barclays, BNP Paribas, Commerzbank, ING, JP Morgan et PKO Bank Polski pour un nouvel emprunt libellé en € avec une échéance à 10 ans et pour l’augmentation de la souche 2036 émise en janvier 2016.

Le grand intérêt des investisseurs a permis de lever €1 md à 10 ans et €500 mios sur l’échéance 2036 à des conditions plus attractives que celles indiquées initialement. L’obligation arrivant à maturité le 22 octobre 2027, et portant un coupon de 1.375%, a été offerte avec un rendement de 1.471%, 55bp au-dessus du taux mid swap correspondant. Le rendement offert sur la souche au 18.01.2036, avec un coupon de 2.375%, a été fixé à 2.198%, 83bp au-dessus du taux mid swap correspondant. Les primes de rendement au-dessus des taux swaps signalées à l’origine étaient mid swap +60 et mid swap +90-95. Outre l’habile communication de la Fed, l’issue des élections néerlandaises a également contribué à la très bonne tenue des différentes classes d’actifs durant la journée du jeudi 16 mars. Solliciter le marché ce jour-là a été donc une belle preuve d’opportunisme de la part de la Pologne.

Le Sous-Secrétaire d’État au Ministère des Finances, M. Piotr Nowak, a déclaré que l’intention du gouvernement était de recourir au marché international uniquement pour refinancer de la dette internationale, ce qui est conforme à l’objectif stratégique de réduire la part de la dette libellée en devises étrangères. Selon Bloomberg, la Pologne doit faire face à des remboursements de €2 mds le 29 mars et €1 md avant la fin de 2017. D’un point de vue répartition géographique, l’emprunt à 10 ans a été souscrit par des investisseurs basés en Allemagne et en Autriche (31%), au Royaume-Uni et en Irlande (14%), en France (13%), en Pologne (10%) et en Suisse (10%).

Les fonds d’investissement ont acheté 61% de l’émission, suivis par les assurances et les caisses de retraite (16%), les banques (12%), les banques centrales et les institutions publiques (11%). L’augmentation de l’emprunt 2036 a été financée par des investisseurs basés au Royaume-Uni (27%), l’Allemagne et l’Autriche (18%), la Suisse (6%) et la Pologne (6%). Les fonds d’investissement ont acheté 44% de l’émission, suivis par les assurances et les caisses de retraite (43%), les banques centrales et les institutions publiques (11%) et les banques du secteur privé (2%).  

Par Gianni Pugliese, Analyste Obligations, Mirabaud & Cie. Paru dans L'Agefi le 23 mars 2017.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de Mirabaud au moment de sa publication. Ce document a un but informatif uniquement et ne représente en aucun cas une offre de conclure ou un conseil en investissement. Le contenu de cette publication est susceptible d’être révisé en tout temps et ne saurait en aucun cas engager la responsabilité de Mirabaud.