Nos experts dans la presse

Les effets colossaux du statu quo monétaire

L'Agefi, 26 septembre 2016 - Mariage de deux mouvements complémentaires: la chasse aux rendements (investisseurs) et la chasse aux financements bon marché (entreprises).

La sortie du nouveau paradigme de taux bas implique elle aussi des changements. Si par le passé les cycles de resserrement monétaires se faisaient par des hausses régulières de taux, le marché ne s’attend désormais pas à une seconde hausse avant décembre, soit un an après la première. Pour le marché primaire, conjugué à la décision d’autres banques centrales (BoJ, BoE, BCE, BNS), l’effet du statu quo est colossal et permet le mariage de deux mouvements complémentaires : la chasse aux rendements (investisseurs) et la chasse aux financements bon marché (entreprises). La semaine de la réunion de la Fed a débuté avec un marché primaire bouillonnant et $22.5mias émis lundi dont 70% en dollar. Le chiffre a baissé mardi à un honorable $14mias, toujours avec une majorité de dollar. Les nouvelles émissions sont ensuite tombées en-dessous des $5mias mercredi – jour de la réunion de la Fed.

La décision de ne pas relever les taux a provoqué une forte activité jeudi avec $29mias placés dans un marché assoiffé de rendement et qui anticipe une poursuite de cet environnement de taux anémiques, ou négatifs (le 10 ans japonais est à -0.05%, l’allemand à -0.09% et le suisse à -0.52% alors que l’américain reste à 1.60%). Le montant émis sur le segment « Investment grade US » dépasse déjà les $1000mias et 2016 est en passe de devenir historique. Les sociétés non-financières sont majoritaires (56%). La maturité la plus active est le segment 10 -15 ans ce qui reflète notamment l’optimisation de dette effectuée par les sociétés qui rachètent leur dette courte avec des coupons importants pour émettre de la dette plus longue et moins chère. Certains pourraient se dire que cela est une bonne nouvelle pour l’économie mais si 20% ont été levés pour des activités de fusion et d’acquisition et 3% pour des rachats d’actions, seulement 1% ont été utilisé pour les Capex. Une autre manière de se dire que le cycle actuel n’est pas prêt de se terminer.

Semaine à double détente sur le primaire avec d’un côté le calme plat avant le FOMC de mercredi et une certaine frénésie le jeudi et même le vendredi. Ce jeudi, post-FOMC, aura connu une journée proche des records avec plus de $25mias d’émissions sur le segment IG US. L’EUR n’a pas été en reste avec plus de €4mias, même si moins sensible au calendrier de la Fed. Mentionnons Klepierre, Avis, Celanese ou encore le Groupe Fnac en EUR et même Toyota ou NAB en GBP. Sur le USD, soulignons Sinopec, Air Liquide, Alcoa, Shire, Goldman Sachs, Hyundai, Toyota, Wells Fargo ou encore S&P Global.

Par Catherine Reichlin, Responsable Recherche Financière, Mirabaud & Cie. Paru dans L'Agefi le 26 septembre 2016.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de Mirabaud au moment de sa publication. Ce document a un but informatif uniquement et ne représente en aucun cas une offre de conclure ou un conseil en investissement.  Le contenu de cette publication est susceptible d’être révisé en tout temps et ne saurait en aucun cas engager la responsabilité de Mirabaud.